KeepSchool > Fiches de Cours > Lycée > Géographie > Tiers-Monde et sous-développement

Tiers-Monde et sous-développement

Introduction

Même si on emploie indifféremment ces deux termes, Tiers Monde et sous-développement ne recouvrent pas toujours la même réalité. En effet, si tous les pays sous-développés appartiennent au Tiers Monde, la réciproque est fausse : tous les pays du Tiers Monde ne sont pas sous-développés. Il faut donc commencer par éclairer ces deux notions.

Le terme de sous-développement employé pour la première fois en 1947 par le Président des Etats-Unis, Harry Truman, revêt un caractère très économique. Le terme de Tiers Monde qui apparaît d'abord sous la plume du démographe français Alfred Sauvy dans les années 1950 par analogie à la notion de Tiers Etat, se développe vraiment avec la Conférence de Bandoeng en 1955, conférence qui donne à ce terme un caractère très politique. Une fois cette précision apportée, la notion de sous-développement reste particulièrement ambiguë car il est très difficile de préciser à partir de quels critères ou de quel type de situation un pays entre dans le catégorie des nations sous-développées. Nous tenterons donc de délimiter un peu plus finement la notion de sous-développement avant de considérer les voies de développement de ces pays.

1 Tentative pour cerner la notion de sous-développement

Le terme de sous-développement n'est plus vraiment employé en tant que tel pour désigner les pays concernés. La mode du politiquement correct lui préfère en effet pays en voie de développement (PVD) ou encore pays en développement. Ces termes désignent pourtant la même réalité et seront ici employés de manière indifférente.

1.1 Tentative de définition

Il est plus facile d'identifier ce que le sous-développement n'est pas, ou ce qui ne représente pas ses caractéristiques majeures que de cerner ce qui le constitue. Tout d'abord, le sous-développement n'est pas synonyme de pauvreté ; en effet, le terme recouvre des situations socio-économiques très diverses, certains PVD étant très riches (les pays de l'OPEP notamment) et d'autres très pauvres (ce sont les PMA, Pays les Moins Avancés, situés en majorité sur le continent africain). Le taux de croissance ne définit pas non plus les PVD tant il est vrai que certains PVD disposent d'un taux de croissance plus élevé que certains pays riches sans pour autant les rattraper.

Autre critère non pertinent : celui du PIB qui ne prend en compte que la richesse créée par un pays, ne rend pas compte des inégalités entre les habitants et ne fait pas apparaître l'autoconsommation. C'est pourquoi on préfère au PIB l'IDH, Indicateur de Développement Humain qui, en plus du PIB par habitant intègre des données comme l'espérance de vie ou le taux d'alphabétisation et permet donc de mesurer de façon plus précise le développement, soit l'amélioration de la qualité de vie des habitants.

1.2 Les grandes caractéristiques du sous-développement

Des caractéristiques majeures se dégagent pourtant quand on considère les PVD et on peut ainsi dégager plusieurs critères de sous-développement. Cependant, il faut noter que tous les PVD ne répondent pas forcément à ces critères.

Critères démographiques

Ces PVD sont pour la plupart en phase de transition démographique, c'est-à-dire qu'ils connaissent à la fois une forte natalité (> 20 pour mille) et une mortalité faible (< 12 pour mille, liée à la jeunesse de la population), malgré une forte mortalité infantile. Ce déséquilibre se traduit par un accroissement fort de la population, souvent mal maîtrisé par les autorités (exception de la Chine).

Or, cet accroissement de la population dépasse largement les capacités des économies locales. Cela entraîne donc des niveaux de vie très bas pour la population (en Inde, 1/3 de la population vit en dessous du seuil de pauvreté absolue). L'ampleur du chômage, l'importance du sous-emploi, la généralisation du travail des enfants en découlent. La malnutrition et la sous-nutrition sont les conséquences directes de cette pauvreté.

Qui plus est, dans ces pays, souvent la moitié de la population a moins de 20 ans (au Brésil, plus de 40% de la population a moins de 15 ans). Cela pose des difficultés majeures en termes d'éducation. L'analphabétisme touche les populations de façon massive (au Bangladesh, le taux d'analphabétisme dépasse les 60%).

Critères sociaux

Les PVD se caractérisent également par l'ampleur des inégalités sociales. Les riches y sont plus riches que dans les PDEM et les pauvres plus pauvres. Les genres de vie de ces deux catégories sont incomparables : d'un côté, une minorité privilégiée dotée de fortunes et de pouvoirs démesurés ; de l'autre, des masses misérables qui vivent encore dans des structures économiques traditionnelles.

Ces déséquilibres sont particulièrement visibles dans les villes : les bidonvilles qui cernent de nombreuses villes du Tiers Monde témoignent de la pauvreté des populations qui, poussées par la misère hors des campagnes, espèrent trouver mieux à la ville. Ainsi, la moitié de la population du Caire vit dans ces formes d'habitats spontanés.

Critères économiques

La structure des secteurs d'activité est caractéristique : d'abord, un secteur primaire très développé qui domine l'économie et qui emploie un très grand nombre d'agriculteurs à très faible productivité (agriculture de subsistance). Le secteur secondaire est atrophié : exception faite des NPI, le manque d'établissements industriels et l'éventail très étroit des industries témoignent de la faiblesse du secteur secondaire. Le tertiaire regroupe le reste de la population, c'est-à-dire qu'il comprend même les personnes qui ne bénéficient d'aucune qualification et ne survivent que grâce à des activités journalières, c'est pourquoi on parle dans leur cas de tertiaire parasitaire.

La subordination économique

Elle touche tout particulièrement les PVD qui sont économiquement dépendants de PDEM ou de puissantes firmes multinationales. Cette dépendance est liée au caractère impératif de l'échange pour ces pays (ils ont un impératif d'exportation de leurs produits agricoles (ou industriels quand ils en fabriquent), pour trouver les moyens nécessaires pour moderniser leur économie) ; elle est liée également à la présence indispensable de firmes multinationales qui, par leur départ, entraînent la perte de milliers d'emplois ; cette dépendance est enfin liée au poids de la dette dans ces pays (par exemple, au Zaïre, le service de la dette absorbe près de 80% du PNB).

2 Des voies de développement différentes

Pour sortir de ce sous-développement, les PVD ont adopté des stratégies différentes qui se sont soldées par des résultats eux aussi hétérogènes. On peut effectuer plusieurs catégorisations de ces stratégies : la première différencie ces stratégies selon le secteur qui devait être le centre d'impulsion du développement ; la seconde les différencie selon les modèles de développement suivis.

2.1 Typologie selon les centres d'impulsion

Les stratégies agricoles

L'agriculture de plantation ou d'exportation, héritage de la colonisation, a été développée par certains PVD qui pensaient pouvoir grâce aux flux financiers générés par les exportations de ces produits vers les pays développés se moderniser. Cependant, le nombre de PVD produisant ces produits dits tropicaux a rapidement créé une saturation des marchés, ce qui a permis aux pays acheteurs d'imposer leurs conditions de marché et a entraîné rapidement la détérioration des termes de l'échange pour les PVD.

Ce type de production agricole rapporte donc de moins en moins mais elle est nécessaire. Si elle ne permet pas contrairement aux attentes initiales des PVD l'équipement de ces pays en infrastructures industrielles, elle permet néanmoins l'achat de produits agricoles moins chers que ces produits tropicaux et nécessaires aux populations.

Les stratégies industrielles

La logique de déploiement de telles stratégies est la suivante : en premier lieu, on diminue les importations en provenance des PDEM pour diminuer le déficit de la balance commerciale et stimuler les industries locales qui ne souffrent alors plus d'une concurrence avec laquelle elles peuvent difficilement rivaliser. On augmente le potentiel industriel en important des machines outils et on essaie ensuite de développer les exportations vers les PDEM.

Ce type de stratégie a été payant pour les quatre Dragons et pour le Brésil dans un premier temps. Mais la Crise économique mondiale a amené un certain nombre de multinationales à fermer leurs unités de production dès lors qu'elles ne leur paraissaient plus assez rentables. La détérioration des termes de l'échange s'est donc amorcée de la même façon que dans le cas des stratégies agricoles puisque les firmes multinationales ont pu agiter la menace de départ de ces pays pour faire pression sur les PVD pour bénéficier de coûts de production toujours plus bas. Dans un cas comme dans l'autre, les tentatives de développement se sont heurtées au déséquilibre du rapport de forces entre PVD et PDEM.

2.2 Typologie selon les modèles idéologiques

Le modèle capitaliste

Les pays qui ont suivi ce modèle ont joué la carte de l'économie libérale, laissant venir à eux les capitaux étrangers et les firmes internationales. Ils se sont enfermés dans un nouveau type de domination qui, si elle n'est plus coloniale demeure très forte au niveau économique. Ce type de modèle rejoint d'ailleurs les stratégies agricoles puisque ces pays ont fait reposer le décollage de leur économie sur les recettes dégagées à l'exportation, notamment celle des produits agricoles.

Le modèle socialiste

Cette voie de développement passe par la remise en cause des rapports Nord-Sud et le rejet de la division internationale du travail. Ces pays ont choisi de ne se reposer que sur leurs propres forces pour se développer. L'adoption de ce modèle a souvent été le fait de régimes forts voire dictatoriaux. En effet, l'Etat joue un rôle essentiel dans ce type de développement. Ce type de modèle rejoint souvent les stratégies industrielles puisqu'il attribue le plus souvent un caractère prioritaire au développement de l'industrie lourde.

Les alliances régionales

Peu de pays ont su trouver une voie originale en dehors de l'alignement politique ou économique sur les deux Supergrands, malgré leur aspiration globale à l'institution d'un Nouvel Ordre Economique International (NOEI). On peut néanmoins souligner les alliances régionales intéressantes qui se sont nouées entre les pays pour sortir de cette logique d'alignement et d'enfermement dans une logique de domination. Ainsi, le Mercosur, marché commun d'Amérique du sud entré en vigueur en 1995, témoigne de la volonté des PVD de s'affranchir de la domination des PDEM. Ainsi, le Mercosur, alliance économique, revêt également une importance politique : la solidarité qui se développe entre ces pays peut en effet contribuer à limiter les ambitions politico-économiques des Etats-Unis dans cette zone d'influence traditionnelle pour eux.

Conclusion

Cependant, ces tentatives de "troisième voie" restent timides. Les PVD restent largement dépendants de l'aide extérieur des PDEM, qu'elle soit directe (en nature ou en espèces), technique ou commerciale. Pourtant, il semble que le meilleur espoir de développement de ces pays réside dans une augmentation de leur poids politique pour pouvoir bénéficier de plus de poids dans le dialogue Nord-Sud et ainsi enrayer la détérioration des termes de l'échange dont ils ont été les victimes.

Une question ? Besoin d'un renseignement ? Posez votre question ICI !

Ces produits peuvent vous intéresser :

Tiers-lieux ... Et plus si affinités

Réalisé par Antoine Burret

16€

Livre

Manifeste du tiers paysage

Réalisé par Gilles Clément

9.5€

Livre

Poules d'ornement pour le jardin ou la basse-cour

Réalisé par Bertrand Vandenberghe, Bruno Tiers, Benoît Mulliez

15.2€

Livre

Tiers Monde N 219 3/2014

Réalisé par

20€

Livre

Qu'est-ce que le tiers-état ?

Réalisé par Emmanuel Sieyès

7.2€

Livre

Voir plus de produits "tiers"

Contactez Keepschool

Formulaire de contact

RECEVEZ GRATUITEMENT VOS INFORMATIONS PERSONNALISÉES

Valider

Offre du moment !

Offert au lieu de 65€

Pour toute inscription téléphonique,
profitez d'un avantage exceptionnel !

Economisez 65€ grâce aux frais d'inscription offerts.

93% des clients sont satisfaits !

Keepschool 864742 heures de cours dispensées depuis 2002.

logo groupe Go&Live