Soutien Scolaire Keepschool

Le roman de renard

1:Etude philologique

Le Roman de Renart est un vaste ensemble, riche de plusieurs milliers d’octosyllabes, écrit entre 1175 et 1250. L’œuvre est un recueil de vingt-sept branches, qui sont autant de contes divers, sans liaison nécessaire, qui ne respectent ni l’ordre logique de la narration, ni l’ordre chronologique de leur composition échelonnée. Pierre de Saint-Cloud est l’auteur des branches II et Va, Richard de Lison a composé la branche XII, mais globalement, la plupart des auteurs nous sont inconnus. Seuls demeurent des poèmes collectés, soudés ou amalgamés différemment selon les manuscrits.

Toute la question consiste à savoir si le Roman est une œuvre poétique ou folklorique, c’est-à-dire s’il s’agit là d’une création littéraire imputable à des auteurs véritables, ou si ce sont au contraire des récits populaires transcrits plus ou moins fidèlement par des clercs. C’est là un problème difficile qui se pose fréquemment pour les textes médiévaux, et dont la réponse, sans doute à chercher entre ces deux hypothèses extrêmes, conditionne la lecture et les interprétations. Quoi qu’il en soit, les références littéraires et les sources écrites nombreuses font pencher vers la première hypothèse. Les siècles ont conservé jusqu’ici notamment un poème en vers latins de Nivard, clerc flamand, qui composa un Ysengrimus en 1152, dont les épisodes variés sont pour ainsi dire la matrice du Roman de Renart.

2:Etude littéraire

L’œuvre est en fait une énorme parodie des romans d’aventure et des épopées chevaleresques de l’époque, dont les personnages sont pour l’essentiel des animaux. Noble, le lion, n’est pas sans évoquer le roi Arthur, ses songes prémonitoires rappellent ceux de Charlemagne dans La Chanson de Roland, et ses vassaux reproduisent l’attitude des héros de romans. Ne voit-on pas même Couard le lièvre, un jour, sur son cheval, fuyant quelque ennemi ! Mais la palette du conte va de la fable ésopique, comme l’histoire de Tiecelin le corbeau et de son fromage, à l’épopée burlesque, le procès et la fuite de Renart.

De l’anecdote ludique, l’œuvre s’oriente vers le style héroïque, en passant par des considérations faussement courtoises, qui l’apparentent aux fabliaux.

Or le Roman de Renart est aussi une satire* des autorités. La cour est tout d’abord visée. Autour du roi, les courtisans cruels, hypocrites ou parvenus sont légion. Mais le plus souvent, la satire* politique le cède à la critique religieuse. Les moines y sont paillards, et tout le monde plaint tel misérable prêtre à la ville « pour une putain qu’i tenoit » et qui ruine le pauvre homme. La confession, le pèlerinage et le serment sont des pratiques dont tout le monde se joue manifestement, les gens d’église, les premiers, bien souvent. L’univers de Renart est en cela tout à fait réaliste et fantastique*, c’est un monde où seuls comptent la force, l’intérêt et la satisfaction des appétits, la bonne chère et le plaisir du sexe.

Le style volontiers grossier et débridé selon les cas, évoque souvent les parties ou le coït, avec une réjouissante bonne humeur qui se traduit dans la liberté du style. Les jeux de mots, assonances, néologies, jargons, calembours, jeux phonétiques (« foutre merci » au lieu de « vostre merci »), jeux onomastiques (Tardif le limaçon, Bruyant le taureau) sont fort nombreux. Une franche et communicative gaieté se dégage du récit.

3:Les personnages

Les animaux du roman sont fortement individualisés et ils agissent en hommes, selon les caractères sociologiques et psychologiques qui leur sont propres. Le bestiaire fait intervenir des animaux domestiques, comme le bélier, l’âne, le coq, les poules, et ces maudits mâtins aux dents pointues, qui aboient dès qu’ils voient le bout du museau de Renart. Les animaux sauvages sont plus nombreux : le lion, le loup, l’ours, le cerf, le sanglier, et ces humbles comparses que sont la mésange, le grillon ou le limaçon. Les principaux ont un nom, Chantecler le coq, Tibert le chat, Brun l’ours, Musart le chameau...

Mais surtout, Renart le goupil. Dès qu’il sort de sa forteresse féodale de Maupertuis, il rumine quelque opportune fourberie pour se remplir la panse. Ce farceur amusant est parfois, selon les branches, un être cynique et sans scrupule. Orgueilleux et famélique, souvent blessé, toujours spirituel, rebelle et hypocrite, cet animal aux ruses diverses est un virtuose de la fraude, un lointain ancêtre des libertins* du xviie siècle, un grand seigneur méchante bête, qui force la sympathie. C’est pourquoi, aujourd’hui, les Français, oublieux du vieux mot « goupil », ne connaissent que « renard », auquel ils rendent implicitement hommage, chaque fois qu’ils en prononcent le nom héroïque.

Ces produits peuvent vous intéresser :

Fantastique Maître Renard

Réalisé par Roald Dahl

8.9€

Livre

L'embaumeur ou l'odieuse confession de Victor Renard

Réalisé par Isabelle Duquesnoy

20.9€

Livre

Vingt mille lieues sous les mers (édition abrégée)

Réalisé par Jules Verne

5.1€

Livre

Poil de carotte

Réalisé par Jules Renard

2€

Livre

La Nuit du renard

Réalisé par Brand: Le Livre de Poche

5.9€

Livre

Le Roman du Renard - Édition illustrée

Réalisé par Johann Wolfgang von Goethe

Livre

Voir plus de produits "roman renard"

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +