Soutien Scolaire Keepschool

La peste

1:Présentation

Dans les œuvres qui forment le cycle de l’absurde, Albert Camus, prenant acte du « divorce » entre l’homme et l’univers, montre la tragédie de notre condition humaine. Mais avec la guerre, il prend conscience de la nécessité de dépasser l’absurde. Il s’engage dans la Résistance, et travaille à un cycle de la révolte, dont La Peste est le premier jalon.

Oran, Algérie. Les rats meurent dans les rues, puis un homme succombe, puis un autre : c’est la peste. La ville est mise en quarantaine, les portes sont fermées, les habitants prisonniers. Le docteur Rieux et ses amis tentent de combattre le fléau, dont l’extension quotidienne rend la mort à la fois atroce et monotone. Les habitants réagissent diversement. Certains prêtent une oreille avide et angoissée aux prêches du père Paneloux, d’autres tentent au contraire de se divertir. Mais la peste frappe partout. Seule vaut la patiente et morne résistance de ceux qui, modestement, s’opposent au mal. Puis le nombre des victimes diminue. L’épidémie s’achève enfin.

2:Personnages

Les personnages du roman incarnent des attitudes diverses face au mal, et face à l’existence. Rieux, docteur et narrateur, est celui qui panse, et qui pense. Il s’engage, et met sa science au service des hommes, sans gloire héroïque cependant. Il fait son travail, voilà tout. Il connaît la misère. Tarrou, son voisin et ami, combat lui aussi la peste. Il a une morale : la compréhension. Une question l’intéresse : « Peut-on être un saint sans Dieu, c’est le seul problème concret que je connaisse aujourd’hui. » Mais il ne survivra pas à l’épidémie.

Grand est un modeste employé de mairie, qui tient le compte des victimes – triste fonction. Il ne cesse de remanier l’éternelle première phrase de son roman. Pourtant, le narrateur affirme que s’il fallait un héros à son récit, il choisirait Grand : « ce héros insignifiant et effacé qui n’avait pour lui qu’un peu de bonté au cœur et un idéal apparemment ridicule. Cela donnera à la vérité ce qui lui revient, à l’addition de deux plus deux son total de quatre, et à l’héroïsme la place secondaire qui doit être la sienne, juste après, et jamais avant, l’exigence généreuse du bonheur. »

Mais la peste a aussi ses partisans. Cottard qui, au début du récit tente de se suicider, dès que la peste survient, se porte mieux. Il profite de la situation pour ses petites affaires. Quand au contraire, l’épidémie faiblit, il devient fou, et, recherché par la police, il tire sur la foule.

3:Thèmes

Le mal est bien sûr le thème dominant du récit. Or « le fléau n’est pas à la mesure de l’homme ». Il est froid, invisible, impersonnel. La peste frappe aveuglément. Le jeune enfant du juge Othon ne peut y échapper. « Celui-là du moins était innocent, vous le savez bien », dit Rieux au père Paneloux. Celui-ci, en effet, veut voir dans la peste un châtiment divin pour les fautes humaines. Mais une pareille attitude indigne le docteur. Chercher un sens au mal, pour se rassurer, cela peut se comprendre. De là à le justifier ! Pour lui, le mal est absurde. Certains cherchent à expliquer le mal ; lui cherche à le combattre. Dans l’urgence, les préoccupations métaphyques doivent céder le pas aux nécessités pratiques.

Face à l’absurde, Rieux répond par la révolte, mais une révolte active. Il fait, avec tous ses amis, l’expérience de la fraternité dans l’action, pour retrouver, peut-être, le bonheur. Mais le journaliste Rambert désire quitter secrètement la ville, pour rejoindre sa femme. Rieux, qui lui aussi, se trouve séparé de son épouse par les circonstances, semble presque l’y encourager, car il désire « faire quelque chose pour le bonheur ». Mais Rambert abandonne son projet, car « il peut y avoir de la honte à être heureux tout seul ». Renonçant à sa lâcheté égoïste, ce journaliste comprend la supériorité de la solidarité.

4:Portée

Dans un roman écrit dans l’immédiat après-guerre, la ville d’Oran, attaquée par le fléau, est manifestement une allégorie* de la France assaillie par l’Allemagne nazie. C’est sans doute pourquoi il y a si peu d’Arabes dans cette ville algérienne que peint Camus, et pour eux l’occupant était moins à cette époque l’Allemand que le Français. Mais au-delà de cette lecture politique, l’œuvre prend une dimension métaphysique* et universelle, dans la mesure où elle prétend évoquer la condition humaine dans son entier. En effet, à la fin du récit, Rieux, qui se révèle alors comme le narrateur du récit, explique qu’il n’y a pas de « victoire définitive », et il appelle à la vigilance. Le mal, seulement endormi, peut ressurgir, « pour le malheur et l’enseignement des hommes ». Le roman est donc une leçon, un sermon, mais de style humble, honnête, rarement lyrique*, une sorte de témoignage, « pour ne pas être de ceux qui se taisent, pour témoigner [...] qu’il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser ».

Ces produits peuvent vous intéresser :

La Peste

Réalisé par Albert Camus

6.3€

Livre

Journal d'une peste - tome 2 Amoureuse, moi ? Jamais ! (2)

Réalisé par Virginy L. sam

11.9€

Livre

Peste & Choléra

Réalisé par Patrick Deville

6.9€

Livre

Les Chemins de la peste : Le rat, la puce et l'homme

Réalisé par Frédérique Audoin-Rouzeau

12€

Livre

Journal d'une peste - tome 4 Y a pas de hasard...

Réalisé par Virginy L. sam

11.9€

Livre

Journal d'une peste - tome 3 Bonjour l'ambiance ! (3)

Réalisé par Virginy L. sam

11.9€

Livre

Voir plus de produits "peste"

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +