Soutien Scolaire Keepschool

Jean Cocteau

Vie et oeuvre

Artiste dans tous les sens du terme, Jean Cocteau fut poète, romancier, dramaturge, acteur, cinéaste, dessinateur, sculpteur, décorateur, céramiste... Il participe à toutes les aventures de la modernité, à commencer bien sûr par celle des surréalistes, car il fréquente Apollinaire, Reverdy, Cendrars. Il collabore aussi avec Diaghilev et avec le monde du ballet. Il s’intéresse aux innovations musicales d’Éric Satie. Il accompagne Roland Garros en avion dans ses vols d’acrobatie. Dès l’âge de dix-neuf ans, il est la coqueluche des salons parisiens, on se l’arrache, Proust et Gide l’admirent. Lui n’a d’yeux que pour Raymond Radiguet, jeune prodige, mais sa mort précoce en 1922 afflige Jean Cocteau. Il sombre dans la drogue, expérience évoquée dans Opium (1930).

Dans ses premiers recueils, Le Cap de bonne espérance (1919), Plain-chant (1923), il introduit de nombreux éléments d’avant-garde, mais ses romans sont plus originaux : Thomas l’imposteur (1923), Le Grand Écart (1923) Les Enfants terribles (1925). Il élabore un univers mythologique et fabuleux qui lui est propre. C’est toutefois par le théâtre qu’il s’impose. Son œuvre dramatique est d’une grande variété : il cultive le mimodrame, sorte de drame clownesque, comme Le Bœuf sur le toit (1920), le ballet-farce, avec Les Mariés de la tour Eiffel (1921), le drame symboliste avec Orphée (1925), la tragédie avec La Machine infernale (1934), la féerie médiévale avec Les Chevaliers de la Table Ronde (1937), le vaudeville* avec Les Parents terribles (1938), le drame romantique avec L’Aigle à deux têtes (1946). Cocteau cherche à épuiser les ressources de l’imagination : c’est un virtuose et un enchanteur.

À partir de 1937, il se lie à Jean Marais, qui sera d’ailleurs l’interprète de quelques-uns de ses films. Son style surréaliste et fabuleux éclate dans L’Éternel Retour (1943), La Belle et la Bête (1945), Orphée (1950), Le Testament d’Orphée (1960). Il revient cependant à la poésie avec Allégories (1941), Le Chiffre sept (1952), Requiem (1962). Après Le Livre blanc (1928), dans ses derniers essais, La Difficulté d’être (1947) et Journal d’un inconnu (1953), Cocteau approfondit enfin les thèmes artistiques qui lui sont chers à travers l’évocation de ses amis et de ses rencontres. Il prit toujours le « risque d’être jusqu’au bout ».

Ces produits peuvent vous intéresser :

La Machine infernale

Réalisé par Brand: Lgf Livre De Poche

4.1€

Livre

La Difficulté d'être

Réalisé par Jean Cocteau

6.1€

Livre

Antigone et le mythe d'Oedipe

Réalisé par Sophocle, Jean Anouilh, Jean Cocteau, Ariane Carrère

3.4€

Livre

Orphée

Réalisé par Jean Cocteau

2€

Livre

Jean Cocteau

Réalisé par Claude Arnaud

39€

Livre

Voir plus de produits "jean cocteau"

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +