Soutien Scolaire Keepschool

L'Encyclopédie

1:Historique

L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et métiers, par une société de gens de lettres est un énorme chantier, un projet extraordinaire, visant à rassembler toutes les connaissances et les idées d’un siècle.

À l’origine du projet, se trouve le libraire parisien Le Breton, qui désire faire traduire les deux volumes de la Cyclopedia or universal dictionary of the arts and sciences de Chambers. Il s’adresse alors à Diderot, puis à d’Alembert. Sous la direction de Diderot, le projet prend une tout autre tournure, bien plus ambitieuse. Avec l’aide de collaborateurs nombreux, l’homme s’attelle à une tâche immense pour faire le tour des sciences, arts et techniques.

Malgré le privilège royal obtenu en 1748, Diderot est bientôt incarcéré à la suite de sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient. Libéré grâce à l’intervention des libraires, il publie un Propectus indiquant les intentions de l’ouvrage et les conditions de souscription. En 1751, paraissent les deux mille cinquante exemplaires du premier volume, avec le Discours préliminaire écrit par d’Alembert. Aussitôt, les jésuites* et les jansénistes font cabale contre le projet. Surtout, ils s’en prennent à l’abbé de Prades, dont les thèses semblent hérétiques. Les premiers volumes sont alors supprimés par arrêt du conseil du roi. Mais grâce à Malesherbes et à Mme de Pompadour, le projet peut discrètement reprendre. En 1754, d’Alembert est reçu à l’Académie française. Une seconde crise survient à l’occasion de l’article sur Genève en 1757. Le pape condamne l’Encyclopédie. Le Conseil du roi, par ses décisions, ruine le projet : d’Alembert, épuisé, démissionne. Mais Diderot persévère. Continuant, infatigable, son travail, dans une quasi-clandestinité, il doit encore répondre aux injures. Dernier coup dur, en 1764, il constate que Le Breton a de lui-même censuré de nombreux articles. En 1766 sont publiés les dix derniers volumes, et six ans plus tard, paraissent les dernières planches d’illustration.

2:Collaborateurs

Les dix-sept volumes in-folio, les onze volumes de planches, les cinq de suppléments et les deux de tables ont nécessité pas moins de cinquante collaborateurs, comptant parmi les meilleurs esprits du temps : Diderot, bien sûr, qui, outre le travail de direction, a rédigé plus de mille articles divers, et d’Alembert qui, en plus de son fameux article « Genève », s’occupe des articles de mathématique et de physique. Holbach traite les sciences et l’histoire naturelles, Dumarsais, la grammaire. Le chevalier de Jaucourt, outre son secours financier, apporte à l’ensemble plus de dix-sept mille articles ! L’abbé de Prades, parmi d’autres, s’occupe de la théologie, Turgot de l’économie politique, Marmontel, de la critique littéraire, Condillac et Helvétius, de la philosophie, Rousseau de la musique. Par ailleurs, plusieurs grands noms donnent à l’occasion un ou plusieurs articles : « Histoire », « Imagination », « Esprit » rédigés par Voltaire, et « Goût » par Montesquieu.

Les collaborateurs se recrutent parmi le camp des philosophes et de leurs sympathisants, hommes de lettres, hommes de science, hommes du monde, hommes de métier. Ils viennent d’horizon divers, et ne sont pas forcément athées comme d’Holbach, mais ils ont tous en commun une certaine idée de l’Homme et de sa dignité.

3:Philosophie de l'ouvrage

Il s’agit de faire un inventaire raisonné des connaissances humaines, en faisant une large place aux sciences et techniques. L’Encyclopédie est à la fois un acte de foi dans la raison et dans le progrès, et une machine de guerre pour diffuser la pensée des philosophes, notamment sur tous ces sujets sensibles et stratégiques, comme la religion, la politique, l’économie. En tout cela, l’Encyclopédie mène un combat à la fois scientifique et moral contre l’ignorance et l’obscurantisme, ennemis des Lumières. Il n’est que d’écouter la voix de Diderot, définissant lui-même son projet, dans l’article « Encyclopédie » :

« Le but d’une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre ; d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; afin que les travaux des siècles passés n’aient pas été des travaux inutiles pour les siècles qui succèderont ; que nos neveux devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux, et que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain. »

Ces produits peuvent vous intéresser :

Le grand livre qui explique tout

Réalisé par Clive Gifford

12.9€

Livre

La grande encyclopédie des enfants

Réalisé par Collectif d'auteurs

19.95€

Livre

La petite encyclopédie des pourquoi ?

Réalisé par Sophie Lamoureux

11.9€

Livre

Histoire année après année : Encyclopédie visuelle des événements qui ont marqué l'histoire

Réalisé par Fiona Coward, Joel Levy, Jen Green, Thomas Cussans, Collectif

32€

Livre

La grande encyclopédie visuelle

Réalisé par Collectif

24.95€

Livre

Ma première encyclopédie Larousse

Réalisé par Collectif

15.95€

Livre

Voir plus de produits "encyclopedie"

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +