Soutien Scolaire Keepschool

André Malraux

1:La vie d’André Malraux

André Malraux semble avoir mené plusieurs vies : aventurier en Indochine, ministre des affaires culturelles sous le général de Gaulle, combattant le colonialisme en 1927, le franquisme en 1936, le nazisme en 1939, résistant en 1943, combattant toujours pour la dignité de l’Homme.

Dans le Paris des années 20, il s’intéresse aux langues orientales, aux livres rares ou érotiques. Il épouse Clara Goldschmidt, et fréquente les milieux littéraires et avant-gardistes. Ses premières œuvres, Lunes en papier (1921) et Le Royaume farfelu (1928), sont des rêveries extravagantes, d’inspiration surréaliste. En 1923, il organise une expédition pour le Cambodge, car il s’intéresse à l’art khmer. Mais il est condamné à une peine d’un an avec sursis, pour avoir emporté quelques statues d’un temple. Pendant son séjour en Extrême-Orient, il observe activement les débuts du communisme en Chine et les excès du colonialisme en Indochine.

De ces années passée en Asie, il tire plusieurs œuvres : La Tentation de l’Occident (1926) est un essai fasciné sur l’univers mental et philosophique de l’Orient. Les Conquérants (1928) sont les héros qui cherchent à libérer la Chine de l’impérialisme économique de l’Occident. La Voie royale (1930) évoque les mésaventures d’un jeune archéologue à la recherche d’un temple khmer. La Condition humaine poursuit l’aventure des conquérants et de la Révolution, et obtient le prix Goncourt en 1933.

Rentré en France dès 1927, il devient président du Comité Mondial Antifasciste, et exalte la dignité de l’homme dans Le Temps du mépris (1935). Mais il ne renonce certes pas à l’aventure. Parti à la recherche des ruines antiques du royaume mythique de Saba, il frôle la mort. En 1936, il s’engage comme aviateur en Espagne pour combattre le fascisme de Franco. Blessé, il donne des conférences, et écrit L’Espoir en 1937, et tourne le film l’année suivante. En 1939, il s’engage. Blessé, il est fait prisonnier, réussit à s’évader, et, méditant sur l’histoire, écrit Les Noyers de l’Altenburg. En 1943, il s’engage activement dans la Résistance.

Après la guerre, il devient ministre du général de Gaulle (1945-1946, 1959-1969), s’occupant de l’information, puis des affaires culturelles. Son œuvre désormais s’oriente vers l’art. Il publie sa Psychologie de l’art en trois volumes (1947-1949), Les Voix du silence (1951) et Le Musée imaginaire de la sculpture mondiale (1952-1955). Dans ses Antimémoires (1976), il évoque enfin l’histoire, l’art et la mort.

2:La pensée d’André Malraux

Deux expériences fondamentales sont au cœur de la pensée de Malraux : l’homme et l’art.

La condition humaine, tel pourrait être le titre de toute sa production littéraire. « Le Moi, palais du silence où chacun pénètre seul » est le lieu d’une inquiétude sans fin : « Que faire d’une âme, s’il n’y a ni Dieu ni Christ ? » La conscience de la mort hante la pensée de Malraux. Et l’homme, dans ses romans, est toujours confronté aux rigueurs d’un destin qui le dépasse et qui l’accable.

Mais il s’agit de faire face au désespoir et à la tragédie de notre condition humaine, car Malraux n’est pas de ceux qui s’abîment dans la douleur et la complainte : « Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie. » L’Histoire est désormais le vaste champ où se déploie l’existence humaine en lutte pour conquérir sa liberté, et en tout cas, sa dignité. Solitaires, mais solidaires, les vrais héros de ses romans sont des hommes de combat, de résistance ou de révolution. Ils rejoignent en cela les héros de l’antique, qu’ils dépassent même par la conscience aiguë de leur propre finitude.

Pour combattre « l’absolue réalité de la mort », il n’y a en fait qu’une solution. Plus que l’aventure, le combat ou l’engagement, c’est l’art : « L’art est un anti-destin ». En effet, l’art est ce par quoi l’homme peut défier le temps, et accéder à l’éternité. L’art, sous toutes ses formes, de la préhistoire à nos jours, est toujours, selon Malraux, l’angoisse de la mort vaincue par le désir d’embrasser le cosmos. C’est pourquoi Malraux compose pour lui-même un « musée imaginaire », où il recueille l’héritage des siècles passés et des civilisations disparues.

C’est dans cette perspective qu’il faut apprécier l’art d’André Malraux. Si l’on excepte ses premières et frivoles fantaisies, toute son œuvre est à la fois la tragédie de l’homme, sa misère, mais aussi sa grandeur. Son style sait être sec et âpre, elliptique et nerveux, lorsqu’il suit l’action en cours. Mais dans les moments de réflexion ou de méditation, l’auteur donne à son œuvre le caractère lyrique*, oratoire, pathétique, épique* ou philosophique, qui convient à son propos. Le courage de ses engagements, la hauteur de ses vues, et la grandeur de ses écrits ont fait d’André Malraux une figure capitale de ce siècle.

Ces produits peuvent vous intéresser :

André Malraux ou Les Métamorphoses de Saturne

Réalisé par Évelyne Lantonnet

Livre

La condition humaine

Réalisé par Brand: Editions Hachette

8.2€

Livre

La Voie royale

Réalisé par Brand: Le livre de poche

6.1€

Livre

La Condition humaine

Réalisé par André Malraux

8.8€

Livre

L'espoir

Réalisé par Brand: Folio

9.3€

Livre

Correspondance (1941-1959) et autres textes

Réalisé par Albert Camus, André Malraux

18.5€

Livre

Voir plus de produits "andre malraux"

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +