Soutien Scolaire Keepschool

De la guerre froide à la Détente (1947-1989)

L’idée essentielle

La période 1947-1989 est marquée par deux phénomènes politiques majeurs : les États-Unis et l’URSS dominent le monde et s’opposent sur tous les plans dans une alternance de moments de tensions et de dégel ; les peuples colonisés demandent et obtiennent leur indépendance pacifiquement ou par un conflit armé.

Repères chronologiques

  • 1947-1962 : Guerre Froide.
  • 1947 : Doctrine Truman – Plan Marshall.
  • 1948-1949 : Berlin 1e crise.
  • 1961 : Berlin 2e crise : construction du mur.
  • 1962 : Cuba.
  • 1963-1979 : Détente.
  • 1972 : Accords Salt 1.
  • 1975 : Accords d’Helsinki.
  • 1979-1985 : Guerre Fraîche.
  • 1983 : Crise des Euromissiles.
  • 1985-1989 : Détente.
  • 1989 : Chute du mur de Berlin.

Définitions

« Rideau de Fer » : Limite entre les pays du bloc libéral et les pays communistes en Europe. On l’a ainsi nommée parce qu’elle était très difficile à franchir de la zone communiste vers la zone occidentale.

Guerre Froide : Opposition entre « les deux Grands » – États-Unis et URSS – qui n’aboutit jamais à un affrontement direct entre ces deux grandes puissances.

1. La Guerre Froide (1947-1962)

A. La rupture entre les deux Grands et la constitution de deux blocs (1947)

Pour stopper l’extension de l’influence soviétique en Europe, les États-Unis dirigés par le président Truman annoncent, en 1947, la politique d’endiguement du communisme.

Ils lancent le plan Marshall, qui est une aide à la reconstruction des pays européens. L’Europe se trouve coupée en deux :

  • Les pays de l’Europe occidentale qui acceptent le soutien des États-Unis.
  • Les pays d’Europe centrale et orientale (« pays de l’Est ») qui le refusent sous la pression de l’URSS. Ces derniers forment les « démocraties populaires » à parti unique, le parti communiste.

B. Les deux blocs s’affrontent et s’organisent (1948-1955)

Deux systèmes qui s’opposent :

Opposition économique Libéralisme
– Peu d’intervention de l’État dans l’économie
– Loi de l’offre et de la demande
– Libre concurrence
Socialisme
– Economie dirigée par l’État (planification obligatoire)
– Prix fixés par l’État
– Pas de concurrence
Plan Marshall (1947)
CEE (1957)
OECE (1948) OCDE (1961)
COMECON (1949) ou CAEM
Opposition politique Démocratie libérale : Pluralisme des partis démocratie populaire : Parti unique
Opposition militaire OTAN (1949) Pacte de Varsovie (1955)
L’Ouest : « Bloc libéral » L’Est : « Bloc communiste »

La Guerre Froide commence en Europe avant de s’étendre en Asie et crée un monde bipolaire.

En 1948, Staline le dirigeant de l’URSS, organise le blocus de Berlin Ouest. Cette 1re crise de Berlin débouche en 1949 sur la coupure de l’Allemagne en deux États :

  • À l’ouest, la RFA – République Fédérale d’Allemagne.
  • À l’est, la RDA – République Démocratique Allemande.

En Asie, la Chine devenue communiste en 1949 s’allie avec l’URSS.

Chaque bloc a sa propre organisation économique et militaire : ainsi à l’OTAN – Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, de 1949 – répond le Pacte de Varsovie signé en 1955 par les pays de l’Est.

C. Dégel et crises : 1953-1961

À la mort de Staline en 1953, l’URSS, dirigée par Khrouchtchev, se lance dans la coexistence pacifique.

En mars 1957, le traité de Rome crée la CEE, Communauté économique européenne (Cf. Séquence 20).

En août 1961, éclate la 2e crise de Berlin : l’Europe de l’Ouest attire les habitants des démocraties populaires. Pour arrêter ces départs, les Allemands de l’Est construisent le mur de Berlin.

D. La crise de Cuba (octobre 1962)

Octobre 1962 marque le sommet de la Guerre Froide. L’installation de missiles soviétiques sur l’île de Cuba, à 200 km des côtes des États-Unis, pousse le président américain Kennedy à lancer un ultimatum à l’URSS et un appel à la mobilisation de tous ses alliés. Devant le risque de conflit mondial, Khrouchtchev préfère s’entendre avec Kennedy.

2. La décolonisation : un fait mondial (1945-1962)

A. Origine des mouvements d’émancipation

Les deux guerres mondiales ont affaibli le prestige de l’Europe. En effet, les peuples colonisés attendent l’indépendance. Ces idées sont en outre soutenues par les deux Grands : États-Unis et URSS, ainsi que par l’ONU.

B. Les premières décolonisations en Asie (1945-1954)

La décolonisation commence en Asie.

  • L’Inde, colonie britannique, obtient son indépendance pacifiquement en août 1947, grâce à l’action de Gandhi.
  • Deux États sont créés : le Pakistan, état musulman séparé en deux territoires, et l’Union indienne, état hindou.

C. L’Afrique française (1950-1962)

En Afrique française, les processus de décolonisation sont variés :

  • En Afrique du Nord, le Maroc et la Tunisie obtiennent leur indépendance en 1956, après une série de troubles.
  • Par contre la France refuse de « lâcher » l’Algérie, colonie où habitent de nombreux Européens. Une guerre terrible s’ensuit de 1954 à 1962 entre le FLN, Front de libération nationale, et l’armée française. En 1962, les accords d’Évian proclament l’indépendance de l’Algérie. Un million de « pieds-noirs » sont rapatriés d’Algérie vers la France.
  • En Afrique noire, (Côte d’Ivoire, Sénégal) les négociations aboutissent en 1960 à l’indépendance.

D. L’émergence d’un tiers monde (à partir de 1955)

Malgré leurs difficultés, les pays devenus indépendants s’organisent : à la conférence de Bandoung en avril 1955, ils condamnent le colonialisme et proclament leur « non-alignement » donc leur refus d’appartenir aux blocs constitués par les deux Grands.

Mais tous ces États connaissent de grandes difficultés : conflits de frontières, installation de dictatures, manque de cadres, dépendance économique vis-à-vis des pays riches.

3. La Détente (1963-1975)

A. Les manifestations de la Détente (1963-1975)

À partir de 1963, la Détente s’instaure entre les deux blocs.

  • Les États-Unis et l’URSS limitent la course aux armements nucléaires (accords SALT 1 en 1972).
  • Les relations entre les deux Allemagne s’améliorent.
  • En 1971, les États-Unis reconnaissent la Chine communiste.
  • En 1975, la conférence d’Helsinki confirme cette détente en confirmant les frontières issues de la guerre, ainsi que le respect des droits de l’Homme par les pays européens, dont l’URSS.

B. La crise des blocs (1966-1968)

Des voix discordantes se font entendre au sein des blocs :

  • À l’Ouest, la France sort de l’OTAN en 1966.
  • À l’Est, l’armée Rouge réprime en Tchécoslovaquie, en 1968, le « Printemps de Prague ».

C. La persistance de conflits localisés (1967-1973)

Des conflits opposent communistes et Américains, comme la guerre du Vietnam, perdue en 1973 par les États-Unis.

Au Proche-Orient, les tensions continuent entre Israël, pays créé par l’ONU en Palestine en 1947, et les États arabes qui refusent ce nouvel État. Déçus, les Palestiniens regroupés au sein de l’OLP (Organisation de libération de la Palestine), se lancent dans le terrorisme.

4. La « Guerre Fraîche » et la nouvelle détente (1979-1989)

A. Le réveil américain et la « Guerre Fraîche » (1979-1984)

L’Europe redevient l’enjeu des tensions. En 1983, les États-Unis y installent des missiles « Pershing 2 » pour contrer les « SS 20 » soviétiques : c’est la crise des Euromissiles.

B. La nouvelle détente (1985-1989)

L’arrivée au pouvoir, en URSS, de Mickaïl Gorbatchev améliore les relations avec les États-Unis dirigés par Ronald Reagan, notamment pour l’armement nucléaire.

Les négociations START aboutissent aux accords de Washington en décembre 1987. C’est la première fois que la destruction d’armes nucléaires est décidée par les deux Grands.

La chute du mur de Berlin en 1989 déclenche la dissolution progressive du bloc communiste. L’antagonisme entre les deux grands n’a plus lieu d’être.

De 1947 à 1989, le monde a connu une alternance de périodes de tensions et de détente. Avec l’émergence des pays du tiers monde et de leurs graves difficultés économiques et politiques, on est passé du monde bipolaire de l’après-guerre au monde multipolaire de nos jours.

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +