Soutien Scolaire Keepschool

Les grandes phases de la Seconde Guerre Mondiale

À partir de 1939, Hitler et ses alliés se lancent dans la conquête rapide de l’Europe et de l’Asie. À la fin de 1941, la victoire leur semble acquise. Mais l’entrée en guerre de l’URSS, puis des États-Unis, ajoutée à d’immenses efforts, permet aux vainqueurs de sortir d’un conflit marqué par des génocides atroces.

Définitions

Axe Rome-Berlin : Accord entre l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie signé en 1936.

Génocide : Extermination systématique d’un peuple ou d’un groupe humain.

1. Les premières victoires de l’Axe (1939-1941)

Pour conquérir l’Europe, Hitler utilise la stratégie de la « guerre-éclair » appuyée par les blindés et l’aviation.

A. La guerre-éclair : le « blitzkrieg » (septembre 1939–juin 1940)

Le 1er septembre 1939, l’armée allemande – la Wehrmacht – envahit la Pologne par l’ouest, tandis que l’URSS occupe l’est du pays. Les Polonais capitulent en un mois. Du côté occidental, Britanniques et Français attendent l’attaque des Allemands : c’est la « drôle de guerre ».

À partir du 10 mai 1940, les Pays-Bas, la Belgique puis la France sont attaqués. C’est rapidement la débâcle, accompagnée de l’exode des civils. En France, le maréchal Pétain demande l’armistice le 17 juin 1940. Il est signé le 22 juin à Rethondes, là même où avait été signé celui du 11 novembre 1918.

B. La bataille d’Angleterre (juin 1940-octobre 1940)

Hitler cherche à anéantir le Royaume-Uni qui reste le seul État occidental à lui résister. Il soumet la région de Londres et le sud de l’Angleterre à d’intenses bombardements mais les Britanniques, encouragés par leur premier ministre Churchill, résistent.

C’est un premier échec pour les Allemands. Ces derniers se lancent dans la « bataille de l’Atlantique » en organisant le blocus de la Grande-Bretagne par leurs sous-marins.

C. La guerre en Méditerranée (avril 1941)

Mussolini, allié d’Hitler (Cf. Séquence 6), tente d’envahir les Balkans, mais il se heurte à une résistance acharnée des Yougoslaves. Hitler doit venir l’aider. En avril 1941, il écrase la Yougoslavie et la Grèce.

Les Allemands, qui occupent déjà la Roumanie, la Bulgarie et la Libye, entrent en Égypte, afin de couper la route des Indes aux Britanniques.

2. La mondialisation du conflit (juin 1941-été 1942)

A. L’invasion de l’URSS

Le 22 juin 1941, Hitler attaque son alliée l’URSS : c’est le plan « Barbarossa » destiné à étendre l’« espace vital » des Allemands et à lutter contre les communistes. L’armée Rouge, mal préparée, recule face à l’ampleur des moyens déployés par la Wehrmacht. Leningrad et Moscou sont assiégées, mais sauvées par le terrible hiver russe. Hormis quelques exceptions, l’Europe est devenue allemande.

B. La guerre du Pacifique : l’entrée en guerre des États-Unis (décembre 1941)

Le 7 décembre 1941, l’aviation japonaise détruit la base américaine de Pearl Harbor (îles Hawaii). Les États-Unis entrent en guerre aux côtés des alliés ; mais, jusqu’en mai 1942, ils sont incapables de contrer l’avancée fulgurante des Japonais vers la Birmanie et l’Australie.

C. Une guerre totale

Devenue mondiale, la guerre entraîne une mobilisation intense de toute la population, dans tous les domaines : armement, économie, propagande… Au Royaume-Uni comme en URSS, la main-d’œuvre, y compris féminine, est réquisitionnée dans les usines d’armements.

Le rationnement des vivres et du charbon est mis en place. Toute la production se tourne vers la satisfaction des besoins des armées. Les colonies concourent à cet effort de guerre exceptionnel. Plus de 60 millions de combattants s’affrontent.

3. L’Europe et l’Asie sous domination (1942)

A. L’Europe allemande

L’Europe est presque entièrement réorganisée et exploitée économiquement par l’Allemagne. On peut distinguer :

  • Le Grand Reich, soit l’Allemagne de 1939, agrandie de territoires considérés comme germaniques : Luxembourg, Alsace-Lorraine, une partie de la Pologne…
  • Les territoires occupés comme la partie de la France située au nord de la ligne de démarcation.
  • Les États satellites alliés du Reich.

Sont restés neutres : la Suisse, la Suède, l’Espagne, le Portugal, la Turquie.

B. Extermination et génocides

Dans cette Europe dominée par les nazis, comme dans l’Asie dirigée par le Japon, l’occupation est très dure et repose sur la terreur. Pillage, travail forcé, réquisitions obligatoires sont quotidiens. La répression contre toute tentative de résistance est impitoyable.

Des camps de concentration s’établissent partout. Ils sont destinés à éliminer tous les résistants par le travail et les mauvais traitements. À partir de 1942, les Juifs d’Europe sont systématiquement exécutés dans des camps d’extermination situés en Pologne comme Auschwitz ou Treblinka : c’est la Solution Finale, qui envoie 6 millions de Juifs à la mort dans des conditions atroces. Les Tziganes sont également éliminés sans pitié.

C. Collaboration et résistances

Certains gouvernements, certaines personnes collaborent avec l’occupant, soit par intérêt, soit par conviction qu’un ordre nouveau s’est définitivement établi. Mais les résistances sont plus nombreuses et bénéficient souvent de l’aide des populations.

La résistance extérieure s’organise à Londres, où se réfugient les gouvernements en exil.

Les résistances intérieures se développent, surtout à partir de 1942, et unissent des tendances politiques variées. Parfois regroupés en maquis – lieux retirés où ils peuvent se cacher – les résistants fournissent des renseignements aux alliés, permettent l’essor d’une presse clandestine, assurent des opérations de sabotage, malgré une répression allemande impitoyable. Leur rôle est très important dans les phases de libération de leur pays.

4. La victoire des Alliés (1942-1945)

A. Les années-charnières (1942-1943)

Les offensives de l’Axe sont stoppées dans trois zones différentes :

  • Dans le Pacifique, la bataille de Midway (juin 1942) est remportée par les Américains contre les Japonais.
  • En Afrique du Nord, les Britanniques s’imposent face aux Allemands et aux Italiens à El-Alamein (novembre 1942) et organisent un débarquement en Sicile après avoir obtenu un renfort des États-Unis.
  • En URSS, les Allemands capitulent devant Stalingrad (février 1943).

B. L’échec de l’Axe en Europe (1944-1945)

Dès juillet 1943, les forces de l’Axe sont prises en tenaille entre :

  • Les Soviétiques qui avancent rapidement à l’Est.
  • Les Anglo-Américains qui « remontent » par la Sicile et le sud de l’Italie qui capitule en septembre 1943.
  • Les Alliés qui débarquent en Normandie le 6 juin 1944 et en Provence le 15 août 1944.

L’Allemagne, bombardée de façon intensive, est envahie à partir de janvier 1945. Les Alliés y font leur jonction en avril 1945. Après le suicide d’Hitler le 30 avril, la capitulation allemande est signée le 8 mai 1945.

C. La défaite du Japon (1944-1945)

Dans le Pacifique, l’avancée des Américains se heurte à la résistance très énergique des Japonais. Le 6 et le 9 août 1945, les États-Unis envoient deux bombes atomiques sur les villes d’Hiroshima et de Nagasaki. Le Japon capitule le 2 septembre 1945.

La fin de ce conflit est aussi le début de la prise de conscience, par le monde entier, des atrocités commises. Le choc est violent, même si les valeurs de démocratie et de respect des hommes semblent avoir une fois de plus triomphé. Les Alliés vainqueurs doivent réorganiser un monde complètement détruit et épuisé.

Ces produits peuvent vous intéresser :

Voir plus de produits "les grandes phases seconde guerre mondiale"

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +