Soutien Scolaire Keepschool

La France pendant la seconde guerre mondiale

Après la défaite de juin 1940, la France connaît une situation difficile. Occupés par l’armée allemande au Nord, soumis au régime de Vichy au Sud, les Français s’orientent progressivement vers la résistance et peuvent ainsi participer activement à leur propre libération.

La France de Vichy (1940-1944)

Un régime autoritaire Pleins pouvoirs à Pétain « chef de l’État Français ».
Censure et propagande.
Suppression des libertés fondamentales.
Un régime réactionnaire « Révolution nationale » : retour à la terre.
Familles nombreuses…
« Travail, Famille, Patrie ».
Un régime d’exclusion Statut des Juifs.
Internement des étrangers.
Un régime collaborateur STO : service du travail obligatoire.
Aide à la déportation de Juifs.
Soutien de la Milice française à la Gestapo allemande : arrestation de résistants.

Personnages clés

Philippe Pétain (1856-1951) : « vainqueur de Verdun », (en 1916) maréchal de France, il devient chef du gouvernement en juin 1940 puis chef de l’« État français ». Il signe l’armistice et impose le régime de Vichy, qui collabore avec les Allemands. Condamné à mort en 1945, il est gracié et maintenu en détention jusqu’à sa mort.

Charles de Gaulle (1890-1970) : officier de l’armée française pendant la guerre de 1914-1918, puis en mai-juin 1940, il refuse l’idée de l’armistice et se réfugie à Londres d’où il lance, le 18 juin 1940, – le lendemain de la demande d’armistice par Pétain – un appel à la résistance. Il crée la « France Libre » et devient, à la Libération, chef du gouvernement provisoire. Il sera président de la République de 1958 à 1969.

Jean Moulin (1899-1943) : ancien préfet, chargé par de Gaulle d’unifier les mouvements de résistance intérieure en 1943, il crée le CNR – Comité National de la Résistance. Arrêté par les Allemands en juin 1943, il est torturé à mort par la Gestapo.

1. La France devant la défaite (1939-1940)

A. De la « drôle de guerre » à la défaite (septembre 1939-juin 1940)

Mobilisés à partir de septembre 1939 (la France a déclaré la guerre à l’Allemagne le 3), les Français attendent pendant 8 mois l’attaque allemande : c’est la « drôle de guerre ».

Brutalement, le 10 mai 1940, la Wehrmacht lance une attaque éclair dans le Nord de la France. La débâcle, accompagnée de l’exode des civils, oblige le gouvernement à quitter Paris. La capitale est occupée le 14 juin.

B. L’armistice : les deux choix pour la France (juin 1940)

Le maréchal Pétain, devenu chef du gouvernement, signe l’armistice le 22 juin 1940. La France se trouve coupée en deux par une ligne de démarcation qui sépare la zone occupée – le Nord et la façade atlantique – de la « zone libre » du Sud. L’armée est réduite, la flotte désarmée. Deux millions de Français sont envoyés comme prisonniers en Allemagne.

Refusant la défaite, le général de Gaulle, réfugié à Londres, lance l’appel à la résistance le 18 juin 1940.

C. Les Français et l’occupation

La France, pillée par l’occupant, souffre de pénurie. Le rationnement s’installe, le « marché noir » se développe.

Les rafles et la répression entretiennent une peur permanente.

Même en zone libre, la vie quotidienne devient de plus en plus difficile.

2. Le régime de Vichy

A. Un État autoritaire

Pétain instaure un régime autoritaire. Il détient les pleins pouvoirs et gouverne sans assemblée. Les élections, les partis politiques, les syndicats sont supprimés afin de réduire l’opinion au silence. Il n’y a plus de représentant du peuple auprès du gouvernement. Les principaux chefs politiques de la IIIe République sont emprisonnés.

B. Un État collaborateur

Le 24 octobre 1940, Pétain rencontre Hitler à Montoire (Loir-et-Cher). Avec son ministre Laval, il « entre dans la voie de la collaboration ».

Dès lors l’État français qui édicte le « statut des Juifs », en octobre 1940, sur le modèle des lois de Nuremberg, participe à l’arrestation et à la déportation de ceux-ci. Les étrangers sont internés dans des camps. La Milice française lutte contre les résistants.

À partir de 1943, le STO – Service du travail obligatoire – met de la main-d’œuvre au service de l’Allemagne.

C. La « Révolution nationale »

Le régime de Vichy organise la « Révolution nationale » destinée à redresser la France. La devise du pays devient « Travail, Famille, Patrie ».

La propagande met en valeur le travail de la terre, les familles nombreuses, le culte de la Patrie.

Les jeunes doivent s’engager dans une organisation, les « Chantiers de Jeunesse », où ces valeurs traditionnelles leur sont inculquées.

3. La France résistante et libérée

A. Résistance intérieure et extérieure

La résistance regroupe des partis ou des tendances politiques très divers.

L’appel à la résistance, lancé le 18 juin 1940 par le général de Gaulle, conduit à la création de la résistance extérieure, la « France Libre ». Les Forces françaises libres ou FFL se battent aux côtés des Alliés.

La résistance intérieure s’organise peu à peu en divers groupes ou réseaux qui agissent indépendamment les uns des autres. Elle publie des journaux clandestins, cache des Juifs, livre des renseignements aux Alliés, met au point des sabotages.

La Résistance s’accentue après 1942, à la suite du franchissement par les Allemands de la ligne de démarcation et de l’intensification de la collaboration. De plus, à partir de 1943, la jeunesse française qui refuse le STO part dans des maquis de résistants.

B. L’unification de la résistance

En 1943, le général de Gaulle confie à Jean Moulin la tâche d’unifier tous les réseaux de résistance. Celui-ci crée le Conseil National de la Résistance – le CNR – qui coordonne les efforts des forces clandestines dans les FFI – Forces françaises de l’intérieur. L’efficacité de la résistance en est renforcée, notamment au moment de la libération du pays.

C. La France libérée

Les Alliés débarquent en Normandie le 6 juin 1944. Les Allemands sont surpris. Mais la progression à l’intérieur du pays est lente et doit être appuyée par un second débarquement en Provence le 15 août 1944. Paris se soulève le 19 août et est libéré le 25. La retraite des troupes allemandes s’accompagne de massacres de civils, comme à Oradour-sur-Glane, le 10 juin 1944. En septembre 1944, l’essentiel du territoire français est libéré.

Dès 1944, le gouvernement de la résistance, dirigé par le général de Gaulle, est devenu le gouvernement provisoire de la République française – GPRF – et est reconnu comme tel par les Alliés. Il lui reste à réorganiser le pays sur un modèle démocratique, et à réconcilier les Français entre eux.

Ces produits peuvent vous intéresser :

Voir plus de produits "france pendant seconde guerre mondiale"

Devis personnalisé

recevez gratuitement votre offre personnalisée






La garantie réussite


Nous croyons en notre méthode nous vous offrons le même nombre d'heures en cas d'échec.

En savoir +

Sans abonnement
sans engagement

Pas de nombre d'heures minimum ou de forfait. Pas d'abonnement mensuel.

En savoir +

Satisfaction Clients

93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services.

Réductions d'impôts


Maintien des avantages fiscaux. 50% de réduction ou crédit d'impôts.

En savoir +